AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Là où personne ne va ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Présidente
Salomé
Messages :
763
Liëtar ♦ Points :
0
Gestion des comptes :
Aesa
En recherche de lien
Présente
MessageSujet: Là où personne ne va ... Dim 2 Sep - 23:42

Isil était sortie tôt ce matin là. Elle avait revêtue une longue robe de soie verte qu'elle avait dérobé la nuit précédente à sa tante, la Reine Sylmarinn DuNomenàr. Elle avait soif d'aventures, elle voulait sentir le vent dans ses cheveux et la pluie sur sa peau. Même si le splendide Palais végétal de sa tante était une maison idéale pour un Elfe, le sang Selvaner de l'Héritière chantait un seul mot dans ses veines : Liberté.
Isil brûlait de se transformer et de partir fourrure au vent mais elle avait appris après ses années passées au Palais et après de nombreuses mises en garde de Sylmarinn que son changement de forme était bien souvent mal vue. Et puis si jamais elle abîmais la robe de la souveraine, une chose était sûre : elle n'en sortirais pas vivante.
Aussi elle avait décidé d'être désormais civilisée : une Elfe irréprochable. Elle serait désormais fougueuse, rebelle et indomptable comme tout Elfe qui se respecte. Et avant tout elle ne devait plus se métamorphoser.
Ce fut avec cet état d'esprit qu'Isil quitta la Capitale, Arairin. Elle enfourcha une jument des écuries royale, Vìlë -ou la Brise en Elfique- et parti.  


Cela faisait déjà un moment qu'Isil galopait sur sa jument blanche lorsqu'elle s'interrogea enfin sur sa destination. Elle avait déjà visiter la Plaine d'Azgal -la Terre des Nains- lors de sa dernière excursion et y avait rencontré la dragonne solitaire Rexia.
Se représentant mentalement la carte de Telhessia, Isil décida qu'elle devait visiter un glacier. Elle avait entendu parler de ses géantes de glace qui bordaient Alcandor, le Pays des Selvaners, la Terre de ses origines. Oui, c'est là qu'elle devait aller.
Aussi, la jeune femme talonna sa monture jusqu'aux pieds des montagnes. Peut être qu'elles n'étaient pas aussi haute que la Chaîne de Foa qui bordait son Pays mais leur blancheur était si ... Stupéfiante. À vrai dire, elle n'avait que rarement vu autant de glace à la fois.
Plus décidée que jamais, Isil commença son ascension. Elle monta, monta, monta ... Luttant contre la neige et le froid, luttant pour respirer et survivre. Mais bientôt la fatigue eut raison de sa vaillance : elle derapa sur une plaque de verglas et s'écroula lourdement à côté de sa monture, qu'elle tenait en longe, laissant le froid envahir son corps et son esprit.

[je ne sais pas si cela te va ni si tu trouvera une suite, aussi je peux faire des modifications si cela ne tinspire pas !]

_________________


Dernière édition par Isil Dil'Nomenàr le Dim 14 Juil - 12:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nomade
Messages :
119
0
Gestion des comptes :
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Lun 3 Sep - 1:28


Voilà longtemps que j'étais dans ma grotte, sans voir un seul humanoïde. Tant mieux, ainsi cela montre que je suis bien cachée. Je ne sais plus quel jour nous sommes, j'ai perdu toute notion du temps. Je ne sais même plus depuis combien de temps j'erre dans les montagnes. Ça doit faire des mois, même des années. Ce fut dur à début, mais je m'y suis assez vite fait. Lorsque je sors, je prends ma forme de tigre, ne prenant ma forme humaine que lorsque je suis sûre d'être seule. Que l'on me vois en tant que tigre blanc, je veux bien, mais je ne veux pas que l'on voit mon visage. C'est ma seule couverture pour protéger mon anonymat. Le seul problème, c'est que chaque jour me rend plus sauvage. Pour l'instant, je me contrôle encore, mais mon côté animal prend chaque jour plus de place. Je peux juste espérer ne pas devenir éternellement la bête qui sommeille en moi. Le seul moyen d'éviter cela serait de retourner à la civilisation, mais je m'y refuse. Je ne m'imagine plus vivre entourée de tout un tas de gens qui me dévisageraient sans cesse. Du moins j'en ai l'impression. Je les trouve tous trop curieux, même si je le suis moi-même, et je pense qu'ils devraient plus s'occuper de leur affaires. Ils restent de leur côté, je reste du mien, et tout ce passe bien ainsi.

Aujourd'hui était une journée comme tant d'autres. Je partis tôt à la chasse, prenant ma forme de tigre blanc. Ne voyant plus de proie dans les alentours, j'allais plus loin que mon terrain de chasse habituel, et sans même le vouloir mes pas me dirigèrent vers les glaciers. Mais sur la route, je vis une chose qui m'étonna. Une femme, elfe sans doute, montait la montagne en tenant un cheval par la longe. Était-elle folle ou tout simplement stupide ? Elle semble plus faite pour les couverts en argent. Et sa tenue ne doit pas aider. Curieuse, je la suivis un moment, et le cheval semblait sentir ma présence, s'affolant. Mais sa maîtresse n'y faisait pas attention et continuait d'avancer. Sans doute ne l'a-t-elle pas remarqué. Au bout d'un moment, prise par le froid, elle dérapa sur une plaque de verglas. Je la vis rester sur place. Mais il fallait qu'elle se lève et qu'elle se réchauffe. N'écoutant que mon cœur, je pris ma forme humaine et approcha. Si je prenais ma forme animale, je risquais de faire fuir le cheval, et il traînerait alors sûrement la fille derrière lui, ce que je ne désirais surtout pas. Malgré tout, il s'affola tout de même, mais pas au point de partir au triple galop. Je me penche alors vers la fille pour voir de plus près comment elle est et dans quel état elle se trouve. Elle avait un beau visage, un visage d'elfe, mais je sentis aussi quelque chose d'animal en elle. Une chose qui cherchait la liberté, alors qu'elle se contente d'obéir aux ordres. Du moins c'est ce dont j'avais l'impression. Elle semblait frigorifiée, pas étonnant vu l'endroit où nous sommes. Je la mis donc sur son cheval, sans même savoir si elle sentait que je suis là, et emmena le cheval jusqu'à ma grotte. Je n'aurais certainement pas dû faire cela, mais je ne me sentais pas de cœur à l'abandonner. Une fois arrivés à destination. Je la mis près du feu et laissa le cheval là. Je ne savais quoi lui donner à cette bête, j'ai plus l'habitude de les manger. Je ne lui fis donc rien, à part le débarrasser du poids de la selle. Je mis la fille à côté du feu, toujours frigorifiée, et la couvrit d'une chaude fourrure. Je ne pus ensuite qu'attendre qu'elle se réveille en faisant chauffer un morceau de viande attaché à un bâton. Mon katana était à mes côtés, près à servir, et je ne cessais de fixer alternativement la fille et mon morceau de viande. La première pour être bien présente à son réveil, et le deuxième pour ne pas le laisser brûler.

Je ne comprenais pas quelle idée avait bien pu lui traverser l'esprit. Elle semblait noble, et pourtant elle venait ici... Certes, je suis aussi de sang noble, mais je n'ai pas été élevée comme eux. C'est-à-dire prendre le thé avec le petit doigt en l'air, donner des ordres à des serviteurs pour que je n'ai rien à faire et devoir être impeccable. Je vis beaucoup mieux qu'eux. Je fais ce que je veux quand je veux, et pour moi c'est ça la vraie vie. Il ne faut pas chercher plus loin.

_________________



Theme's Ballianne

"Chien qui relève la queue, méprise son ennemi, tigre qui la baisse va le dévorer."

Me trouveras-tu, Invité ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Présidente
Salomé
Messages :
763
Liëtar ♦ Points :
0
Gestion des comptes :
Aesa
En recherche de lien
Présente
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Lun 3 Sep - 13:12

Lorsqu'Isil ouvrit les yeux elle ne vit tout simplement rien. Le noir. Pendant un instant son coeur s'emballa dans sa poitrine puis sa vision s'éclaircit : elle se trouvait dans une petite grotte -ou un bâtiment de pierre, elle n'était pas sûre- près d'un feu, à en croire les crépitements qui parvenaient à ses oreilles. La jeune semie-Elfe songea un instant à se lever mais, ne sachant pas qui se trouvait en sa compagnie, elle se devait d'être prudente. Aussi, elle n'esquissa pas un geste, ferma ses yeux rendus dorés par l'été, et étendit ses perceptions à la salle dans laquelle elle se trouvait.
Un crépitement un peu plus puissant que celui du feu laissait à croire que quelque chose était en train de cuire. Elle n'était donc pas seule et apparemment même en compagnie de quelqu'un de civilisé. Décidant qu'elle ne risquait rien, Isil releva la tête et pivotant vers son sauveur.

Autant dire quelle s'attendait à tout sauf à ça. Peut-être s'imaginait-elle un vieux montagnard barbu, accompagné d'un fusil de chasse, d'un gros bâton de bois et d'un loup. Mais ce qui ce tenait devant elle n'était rien d'autre qu'une femme magnifique à l'allure sauvage. Elle avait de longs cheveux châtains bouclés et des yeux splendides. *Une Humaine* songea tout d'abord la jeune Elfe. Mais quelque chose clochait. Il y avait chez cette inconnue une chose qui respirait la sauvagerie et la liberté. Peut-être ses cheveux quelque peu ébouriffés ? *Non* se dit Isil en l'observant. Ce n'était pas cela. C'était plus ... Profond. Aussi, elle se décida à engager la conversation :

- Qui es-tu ? Comment m'as tu trouvé ? Où est Vílë ?

Les mots se bousculaient dans sa bouche, les phrases se succédaient dans sa tête et les sons s’étouffaient dans sa gorge. Haletante, Isil retomba sur le dos, incapable d'articuler quoi que ce soit de plus. Elle devait avant tout remettre de l'ordre dans son esprit. Tant pis ... Elle poserait toutes ses questions après avoir eut une réponse à celles qui avaient réussi à franchir ses lèvres. Mais finalement, une nouvelle interrogation, plus importante que les autres à ses yeux, sortit de sa bouche :

- Qu'es-tu ?

Ele ne désirait pas réellement savoir qui était cette étrangère, pas plus qu'elle ne voulait que cette femme sache qui elle était une Hybride ou l'Héritière du Trône. Mais ce qu'elle voulait savoir c'était avant tout sa Race et la raison de sa présence ici.

_________________


Dernière édition par Isil Dil'Nomenàr le Dim 13 Jan - 19:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nomade
Messages :
119
0
Gestion des comptes :
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Lun 3 Sep - 19:33


Je vis ces yeux s'ouvrir, de beaux yeux dorés, mais ils se sont fermés peu après. Sans doute ne veut-elle pas que je sache qu'elle est réveillée. Mais je ne risque pas de lui faire de mal puisque je l'ai sauvée. Quelques secondes après, elle rouvrit les yeux et pivota son visage vers moi pour me détaillé. Quel toupet... Tout de suite après, elle se mit à me poser plusieurs questions en même temps. Je dois bien avouer que cette fille m'étonne. À peine réveillée et elle m'assaille déjà de questions. D'abord, ça devrait être à moi de poser toutes ces question, puisque c'est moi qui l'ai trouvé en si piteux état. Et elle semble encore bien fatiguée, elle n'aurait pas dû s'énerver autant tout de suite. J'allais répondre à ces questions, mais lorsque j'ouvris la bouche elle en posa encore une. Ce que je suis ? En voilà une question osée ! Elle me parle comme si je ne suis qu'une bête, ce qui n'est pas totalement faux à vrai dire. Mais je reste une personne dotée d'un cerveau, elle devrait me traiter beaucoup mieux. Après tout, peut-être est-elle trop faible et fatiguée encore pour réfléchir à tout cela. Je comprends très bien qu'elle désire savoir tout cela, puisqu'elle est en terrain inconnu. Et Vílë... Quel drôle de nom ! Vu qu'elle ne se trouvait avec personne d'autre que son cheval, c'est de lui qu'il doit s'agir, ou elle. Mais je préfère utiliser le masculin, pour être sûre. Pour mon identité, je ne vois pas en quoi je risquerais de lui donner mon prénom, puisque personne ne me connaît. Je lui souris alors gentillement pour lui répondre, la fixant dans les yeux :

- Je m'appelle Ballianne, je t'ai trouvé dans la montagne donc je t'ai ramenée ici pour te soigner. Vílë doit être ton cheval, et si c'est le cas il se repose tout près, ne t'en fais pas pour lui. Et je trouve ta dernière question bien osée, aussi n'y répondrais-je que si toi tu me dis ce que tu es, comment tu t’appelles, et ce que tu faisais dans cette montagne. »

À la fin de ces réponses et questions, je lui sourit calmement et retira ma viande du feu, qui venait de finir de cuire. Je la coupais en deux et eu un élan pour lui tendre un morceau. Elle devait sûrement être affamée après cette mésaventure. Mais je me stoppe à la moitié de ce mouvement, une question sur les lèvres :

- Tu manges de la viande ? »

Une question pareille peut paraître stupide, mais il faut qu'elle reprenne des forces. Et pour cela, il faut manger. Si elle ne mange pas de viande, tant pis, j'irais lui chercher des fruits, même si pour cela je dois quitter la montagne. Mais elle est mon hôte, et je me dois d'en prendre soin. Surtout après lui avoir sauvée la vie.
J'espérais aussi qu'elle réponde assez vite à mes premières questions, surtout sur la raison de sa présence en un terrain si hostile, surtout qu'elle semble être le genre de personne qui ne doit rien à personne mais à qui tout le monde doit tout. Du moins c'est ce qu'elle doit penser. Elle ne me plaît pas trop, pour l'instant, mais je pense qu'avec le temps je finirais bien par l'apprécier. Quoiqu'il est peut-être mieux de ne pas l'aimer, car ainsi la séparation ce passera sans problème. Car bien sûr je ne compte pas la garder éternellement, ni même l'accompagné jusqu'à ce que la mort nous sépare. Je veux juste rester dans mes montagnes, loin des affaires des gens qui se disent civilisés alors qu'ils se battent entre eux et de tout ce qui concerne la politique.

Et après tout, si quelqu'un apprend qui je suis, il pourrait y avoir une véritable révolte au pays, et c'est à éviter. Donc si cette femme l'apprend, je la réduirais au silence, que ce soit par la force ou la raison. Mais peut-être me convaincra-t-elle de retourner là-bas. J'avais l'étrange impression que notre rencontre allait beaucoup changé mes habitudes, et même ma vie entière. Car même si elle part, je garderais à jamais son visage en tête, n'ayant pas vu un seul humanoïde depuis fort longtemps, et je chercherais tout le temps à la trouver dans les montagnes. Du moins, c'est ce que je pense faire.

_________________



Theme's Ballianne

"Chien qui relève la queue, méprise son ennemi, tigre qui la baisse va le dévorer."

Me trouveras-tu, Invité ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Présidente
Salomé
Messages :
763
Liëtar ♦ Points :
0
Gestion des comptes :
Aesa
En recherche de lien
Présente
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Lun 3 Sep - 20:43

La jeune femme qui l'avait sauvé se mit à la fixer dans les yeux. Chez les Elfes, le regard fixe était un affront, une recherche de la confrontation. Cette fille l'ignorait-elle ou la défiait-elle volontairement ? Les mots qu'elle prononça ensuite mirent tout de suite fin à ses interrogations : il était clair qu'elle recherchait ses limites. Mais Isil s'y connaissait assez en politique et diplomatie -bien qu'elle ai en horreur tous ces règlements- pour ne pas répondre mais assuré sa supériorité, tout comme le doit une Héritière digne de ce nom.

- Je m'appelle Ballianne, je t'ai trouvé dans la montagne donc je t'ai ramenée ici pour te soigner. Vílë doit être ton cheval, et si c'est le cas il se repose tout près, ne t'en fais pas pour lui. Et je trouve ta dernière question bien osée, aussi n'y répondrais-je que si toi tu me dis ce que tu es, comment tu t’appelles, et ce que tu faisais dans cette montagne. »

La jeune Elfe grinça des dents. Comment sa elle ne répondrait pas ?! Isil songea un instant à la remettre à sa place en lui énonçant son titre et sa lignée mais elle songea finalement qu'il valait mieux faire profil bas. Du moins, pour le moment. Elle ouvrit donc la bouche pour répondre mais la dénommée Ballianne la prit de vitesse, lui posant une question pour le moins déconcertante :

- Tu manges de la viande ? »

Décidément cette femme-là ne sortait pas souvent ! Tout Telhessois connaissait le régime strictement végétarien des Elfes. Et Isil avait décidé de se comporter comme une Elfe pur souche. Aussi refusa-t-elle tout de suite, avec un air offusqué :

- Bien sûr que non !

Mais son ventre gargouilla si fort à la vue de la pièce de viande ... Après tout même certains Elfes pur souche mangeait la chair des animaux. Uniquement s'ils étaient blessés, malades ou vieux mais cela restait de la viande. Penaude, elle revint sur sa décision :

- Euh ... Oui. Au fait, je m'appelle Isil. Vílë est bien ma jument et je suis dans cette montagne parce que je voulais voir un Glacier.

Après tout, autant dire la vérité. Surtout tant qu'elle ne savait pas à qui elle avait à faire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nomade
Messages :
119
0
Gestion des comptes :
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Lun 3 Sep - 21:12


Cette femme est décidément très bizarre. D'abord elle me dit non pour la viande, puis elle accepte. C'est quoi son problème ? En plus, elle ne semble pas m'apprécier vu son regard. Et j'aime pas son air supérieur qu'elle prend. Si elle savait qui je suis, elle arrêterait aussitôt. Mais bon, étant mon hôte je ne pouvais pas être désagréable avec elle. Et aller voir un glacier seule n'aurait jamais dû ce faire, surtout pour quelqu'un comme elle. Elle aurait dû venir accompagnée pour ne pas prendre de risques. Et si le cheval et sa jument, c'est qu'elle doit quand même possédé une sacrée fortune, elle a donc les moyens de ce payer des guides, au minimum. Mais je ne vais pas me poser plus de questions, sinon je risque de trop l'harceler. Je lui donne donc la moitié de la viande et mange silencieusement mon morceau. Mais je ne suis même pas arrivée à la moitié qu'une autre question me passe en tête. Il fallait que je la pose, et tant pis pour les quelques règles de politesses que l'on m'a enseigné. C'est dont avec la bouche à moitié pleine que je lui pose ma question :

- U ien où ? »

Ce ne fut que quelques secondes après que je me rends compte que ma phrase ne veut absolument rien dire. J'avale donc le gros morceau que j'ai en bouche, un peu difficilement, puis la regarde à nouveau pour reposer ma question, mais cette fois d'une manière plus compréhensible :

- Tu viens d'où ? »

Là c'est beaucoup mieux. Cette question m'est apparue soudainement en tête, mais je n'ai jamais vraiment eu l'occasion d'apprendre les coutumes des peuples. Je ne connais que ceux de mon espèce, et encore j'ai oublié un tas de chose concernant nos coutumes et nos croyances. À force de rester éloignée de toute population et de vivre comme un animal, on le devient. Mais heureusement, je n'en suis pas encore totalement un, alors autant profiter de la partie encore humanoïde pour retrouver mes connaissances d'antan. D'ailleurs je commençais à me demander s'il ne fallait pas mieux la faire partir le plus vite possible, même si elle n'est pas encore totalement rétablie. Il ne faudrait pas qu'elle comprenne que je suis un Tigre blanc, sinon les embrouilles frapperaient vite à ma porte, enfin à ma grotte.

Tout ce confonds en ce moment, je ne sais même plus quoi faire en ce moment. J'ai une atroce envie de me transformer et fuir dehors, mais en même temps cela reviendrait à détruire tout ce qui a été bâtis autour de moi pour me protéger, ainsi que mon identité. La seule chose que j'ai gardé de la royauté, c'est mon prénom, donné par ma mère, ainsi que mon pouvoir. On m'a donné le nom de ma famille adoptive, et je ne me souviens que de celui-ci.

Soudain, un bruit m'alerta. Tout sens en alerte, je lève vivement la tête et bondit pour me lever, mes allures félines reprenant le dessus. J'écoute attentivement et regarde partout. Il s'agit de petits bruits infimes que seule une oreille bien affûtée pourrait entendre. Des petits pas, avec des griffes au bout. Je porte ma main à mon katana, prête à attaquer, mais je me sens plus que stupide en voyant qu'il s'agit d'une vulgaire souris. Je me rassois donc en soupirant et repose mon katana là où il était, à côté de moi. Puis je me souviens de la présence de la fille que j'avais oublié pendant un moment avec cette peur. J'espère qu'elle ne c'est pas rendue compte de ce que je suis... De toute façon, il est trop tard. Ce qui est fait est fait. Je reprends donc mon calme et mon sourire, attendant la réponse, et fait comme si de rien n'était. Ici, je suis sans cesse en alerte, prête à la moindre attaque, alors il est normal qu'une simple souris me fasse un tel effet.

_________________



Theme's Ballianne

"Chien qui relève la queue, méprise son ennemi, tigre qui la baisse va le dévorer."

Me trouveras-tu, Invité ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Présidente
Salomé
Messages :
763
Liëtar ♦ Points :
0
Gestion des comptes :
Aesa
En recherche de lien
Présente
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Mar 4 Sep - 19:37

- U ien où ? »

Isil arracha un bout de viande en fronçant les sourcils pour essayer de comprendre le dialecte étrange de la femme qui lui faisait face. Etait-ce la langue d'ici ? Avait-elle une façon de parler déformée parce qu'elle vivait loin du monde ou était-elle justement partie à cause de cela ? Puis elle la vit prendre une tête bizarre comme si elle s'étranglait à moitié. Avant que la jeune Héritière eut le temps de réagir, Ballianne réussit apparemment à avaler ce qui l'étouffait. *Je me pose trop de questions* se dit la jeune Elfe en se rendant compte que son esprit imaginait des possibilités de plus en plus tordue à chaque fois que quelque chose ne ce passait pas exactement comme elle le désirait :

- Tu viens d'où ? »

- D'Arairin, à Mailëandor.

Puis, en jaugeant son interlocutrice du regard elle se dit que peut-être cette hippie ne connaissait pas la géographie de Telhessia. Après tout, elle ne connaissait pas les traditions le plus ancestrales des Elfes alors pourquoi pas ? Elle hésita un instant de peur que Ballianne pense qu'elle la prenait pour une idiote -ce qui, au passage, n'était peut-être pas totalement faux. Mais ses vêtements de fourrure, sa grotte et son allure sauvage eurent raison de sa réserve. C'est donc entre deux bouchées qu'elle précisa :

- Au Nord-Est de Telhessia, enfin d'ici. Mailëandor est le Pays des Elfes. Et Arairin c'est sa Capitale. Elle est au centre du pays à peu près. Tu sais avec le Palais, les jardins, les villes-arbre tout sa ... Tu vois ? Et toi ? D'où viens-tu ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nomade
Messages :
119
0
Gestion des comptes :
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Mar 4 Sep - 20:01


Arairin et Mailëndor... Ces deux mots me sont totalement inconnus, heureusement Isil pensa à préciser. J'ai peur de passer pour une idiote, mais tant pis. Tandis qu'elle détaillait un peu l'endroit d'où elle vient, je tentais de m'imaginer les lieux, fronçant légèrement les sourcils. Je me souviens alors d'en avoir entendu parler. C'était ma mère qui me l'avait dit. Elle devait partir quelques jours là-bas et ne pourrait donc pas venir pendant un bon moment. Et puisque cet endroit est le pays des Elfes, c'est qu'elle doit en être un. Sûrement, probablement. Puis la question qu'elle me posa me valut un temps de réflexion. Je ne savais plus le nom de l'endroit d'où je viens, seul le pays était rester dans ma tête, mais à ce moment je ne parvenais pas à me le rappeler. Je mis donc un moment à réfléchir avant de m'exclamer d'un air enjouée, contente de l'avoir retrouvé :

- Alcandor ! Je me souvenais plus du nom. Par contre me demande pour la ville, je l'ai totalement oublié. »


Peu importe si j'ai l'air stupide, au moins c'est dit. Ainsi, elle pourra comprendre que je ne connais presque pas l'extérieur de ces montagnes, voir pas du tout. La souris était venue près du feu, et je la fixais maintenant. J'ai une étrange envie de l'attraper entre mes crocs et de la dévorer. Mais face à la personne qui me tiens compagnie, je me devais de rester naturelle. Je lève alors le regard pour tenter de fuir cette envie, mais son odeur me pénétrait dans les narines. Je vis alors quelque chose que j'avais jusqu'alors totalement oublié : des traces de griffes sur les parois de la grotte. Mes traces de griffes. Il ne fallait surtout pas qu'Isil le remarque, aussi fallait-il que je trouve un sujet de conversation. Et je sortis la première question qui me vint à l'esprit :

- Tu es une elfe, non ? Puisque tu viens du pays des Elfes. »


Encore une question stupide, mais qui au moins détournera peut-être son attention. Cependant, j'avais du mal à détacher mon regard des griffes, et lorsque j'y parvins enfin ce fut un autre détail qui me sauta aux yeux. La fourrure dont je me servais pour dormir était sur l'elfe, et elle avait sur elle des poils noirs et blanc, car parfois lorsque je suis en animal je vais m'y allongé. J'aurais m'en mordre les doigts, sauf que je ne devais pas montrer signe de mon anxiété, ce qui est sûrement raté. Je vis ensuite les mêmes poils éparpillés un peu partout dans la grotte. Je priais alors pour qu'elle ne le remarque pas, bien que ce sera sans doute le cas. Il ne fallait surtout pas qu'elle s'en rende compte, je ne veux pas que l'on connaisse ma véritable identité. Et ce n'est pas que pour moi, mais pour les autres aussi.

Je suis un Tigre blanc, et, qui plus est, la fille de l'ancienne Eira. Le trône me revient donc de droit. Mais avec une autre personne à cette place, il pourrait y avoir une vraie révolte. Mais voilà que je repense à ce qui me révulse tant et ce que je cherche à fuir : la politique. Et si cette fille en fait partit, je ne saurais quoi faire. En attendant, le mieux est de faire comme si de rien n'était, ce qui est plutôt mal partit vu la situation et ma manière de réagir.

_________________



Theme's Ballianne

"Chien qui relève la queue, méprise son ennemi, tigre qui la baisse va le dévorer."

Me trouveras-tu, Invité ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Présidente
Salomé
Messages :
763
Liëtar ♦ Points :
0
Gestion des comptes :
Aesa
En recherche de lien
Présente
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Jeu 6 Sep - 13:05

"Je l'ai totalement oublié. Comment était-ce possible d'oublier l'endroit d'où l'on vient ? Ou de ne pas se souvenir du nom de son Pays ? Décidément, quelque chose n'allait pas rond chez cette fille. En tout cas, une chose était à peu près sûr désormais c'est qu'elle était une Selvane. Quoi que ... Après tout, étrange comme elle était, il était parfaitement possible qu'elle ne soit pas originaire de ce Pays. La jeune Héritière connaissait beaucoup de personne haut-placée dans la société d'Alcandor, peut-être pourraient-elle l'éclairer sur cette femme si isolée qu'elle en avait oublié sa ville. Une question la gênait cependant : depuis combien de temps était-elle là ? Mais avant qu'Isil eut le temps de poser sa question, Ballianne lui posa une nouvelle question. La jeune Hybride hésita avant de répondre. Etait-elle vraiment sérieuse ou se payait-elle sa tête ?

- Bah ... Euh oui je suis une Elfe. Tu avais déjà vu des gens de mon peuple auparavant ?

Apparemment, Ballianne n'avait pas remarqué qu'elle était aussi à moitié Selvaner. C'était sûrement mieux ainsi. Quoi que peut-être le soupçonnait-elle puisqu'elle jetait des coups d'oeil affolé dans toutes les directions, comme une bête prise au piège. Avait-elle peur d'elle ? Pourquoi avait-elle l'air de chercher la sortie si elle était chez elle ici ? Mais malgré tout Isil restait sereine. Jamais personne n'avait réussi à lui cacher quelque chose. Et ceux qui lui avaient menti avait ensuite ... Mystérieusement disparu. Car par dessus tout, l'Héritière détestait le mensonge et l'ignorance. Il fallait qu'elle sache :

- Puisque tu es originaire d'Alcandor je dois en conclure que tu es une Selvane ?

Après tout, ce n'était pas complètement idiot comme question : personne ne lui avait jamais dit qu'il existait un moyen de reconnaître à coup sûr un Selvaner. D'ailleurs, elle doutait qu'il en existe un. Surtout que les Selvaners étaient physiquement semblable aux Seyrons et aux Humains. Peut-être que les Humains étaient moins ... Excentriques que les deux autres races qui partageaient leur physique mais bon. Un homme reste u homme, qu'il ait des pouvoirs ou non.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nomade
Messages :
119
0
Gestion des comptes :
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Ven 7 Sep - 19:32


Je dois dire que je suis assez soulagée. Isil ne semble pas avoir remarqué les poils, ce qui me soulage beaucoup, mais elle ne doit pas rester plus longtemps. Pour l'instant, je dois continuer de la distraire, puis ne la mettrais dehors, avec un coup de pied en aide s'il le faut. Pour sa première question, j'en avais juste entendu parler, et jamais je n'en avais vu un. Peut-être celui qui m'a enseigné l'art du tir à l'arc en était un, mais je n'ai jamais pu voir ces oreilles, donc je n'ai jamais su. Car pour moi, c'est la seule distinction physique qui la sépare des autres races. Du moins c'est mon point de vue. Et pour sa deuxième question, je n'ai même pas à y réfléchir. Certes, je peux réfléchir sur le fait d'y répondre, car cela reviendrait à dire ma race, ce qui la rapprocherait de mon apparence animale, et ce qui l'amènerait alors à mon rang, ce qui ne doit absolument pas arriver, je suis catégorique là-dessus ! Donc, premier objectif : lui répondre.

- J'ai jamais vu d'Elfe, j'en ai juste entendu parler. Et oui, je suis Selvane, mais cela fait fort longtemps que je ne suis pas retournée auprès des miens. »

Je crois que j'en ai trop dis... De toute manière c'est trop tard, on ne peut pas revenir dans le passé, alors il faut assumer. Et puis, ça ne signifie pas qu'elle va deviner quelle est ma race ou même le demander. Maintenant, deuxième objectif : la mettre dehors. Je me lève donc et la regarde avec un grand sourire.

- T'as l'air d'aller beaucoup mieux ! Tu pourrais même partir assez vite. Au pire ton cheval te transporte tout le long de la route. »

Sur cette phrase, je montre la jument. Mais mon bras ce baissa aussitôt lorsque je vis la dite jument allongée sur le sol, endormie. Elle ruine tout mon plan, elle doit le faire exprès. Je vais finir par la dévorer... Mais l'Elfe peut toujours partir sans ce canasson, il la rejoindra plus tard, non ? Mais ça ne sert à rien de penser à tout cela, je vais juste devoir tenter de détourner la fille encore un bon moment, puis suivre mon plan et la mettre dehors. Après un soupire, je me rassois donc à ma place et baisse les yeux sur ma viande restante avant de l'avaler précipitamment, assez nerveuse.

- Tant pis... »

Cette phrase s'adressait plus à moi qu'à Isil, et j'avais parlé assez bas. Mais il est bien sûr toujours possible qu'elle l'ait entendue. Il ne s'agit cependant que de deux mots insignifiants, je ne vois donc pas pourquoi elle en tiendrait vigueur. Et tout ce que je veux pour l'instant c'est qu'elle me laisse tranquille dans ma grotte et reprendre normalement le cours de ma vie, ce n'est tout de même pas trop demander. Il ne me reste donc plus qu'à attendre en espérant...

_________________



Theme's Ballianne

"Chien qui relève la queue, méprise son ennemi, tigre qui la baisse va le dévorer."

Me trouveras-tu, Invité ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Présidente
Salomé
Messages :
763
Liëtar ♦ Points :
0
Gestion des comptes :
Aesa
En recherche de lien
Présente
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Dim 9 Sep - 11:09

Tout à coup, Ballianne se mit à s'agiter. Elle se leva, lui proposa de partir, sortit, revint ... Ne comprenant pas ce qui se passait, Isil la suivit d'abord des yeux. Cette femme bougeait trop, faisait trop de gestes inutiles pour avoir l'air calme. Elle respirait le stress et la peur. *Elle cache forcément quelque chose* pensa la jeune Elfe. Mais la question était de savoir quoi. On lui avait toujours appris, à la Cour, d'envoyer des espions et des détectives plutôt que d'aller au front pour poser des questions : le risque que son interlocuteur se braque était trop grand. Mais ici, perdue au milieu de nul part, au fin fond d'un glacier et loin de son Pays, elle n'avait ni détective, ni agent secret pour obtenir des informations de cette femme on ne peut plus étrange. Son regard balaya la grotte : ses maîtres d'arme lui répétait sans cesse que le savoir est le pouvoir et qu'il fallait glaner le maximum d'informations de son ennemi et de son environnement pour pourvoir le vaincre. Sauf qu'ici, il n'y avait simplement rien. Ballianne s'était rassise calmement et mâchonait à nouveau son bout de viande. De plus, elle ne possédait rien qui aurait pu donner une piste à l'Héritière : Seules quelques fourrures meublait l'endroit.

Mais quelque chose perturba la jeune Elfe : nul part elle ne voyait de vivres. Comment Ballianne se nourrissait-elle ? Sous sa forme de Selvaner ? Seulement, elle n'avait pas dis à Isil quelle était sa forme. Elle était forcément herbivore ou carnivore. Mais, en temps qu'Hybride, elle savait que le lien entre la forme humaine et selvane d'une personne était très fort. Aussi, un Selvaner ayant une forme herbivore aurait beaucoup de mal à manger de la viande sous sa forme humaine et inversement. De plus, il n'y avait pas d'herbes dans la neige, ou trop peu pour un animal herbivore. Les chances qu'elle soit carnivore était donc grande. Isil devait trouver un moyen de poser la question :

- Pourquoi ne vis-tu plus avec les autres Selvaners à Alcandor ?

Après tout, peut-être que le tout était lié. Ses chances de trouver un lien entre les deux étaient minces mais si Ballianne ne lui avait pas dit sa forme Selvane, il y avait de fortes chances qu'elle se braque et se méfie si Isil posait la question. Il fallait qu'elle soit discrète, subtile. Maintenant, elle avait joué, il ne fallait plus qu'attendre que Ballianne rentre dans son jeu et lui livre son secret.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nomade
Messages :
119
0
Gestion des comptes :
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Dim 9 Sep - 14:03


Elle m'énerve avec ces questions à être aussi indiscrète, à ce rythme elle va découvrir ce que je suis. Surtout avec la question qu'elle vient de me poser. Ma réponse à un lien direct avec ma fuite d'Alcandor, alors il faut que je fasse très attention à ce que je vais lui dire. Je ne vais tout de même pas lui dire que j'ai fuis parce que je suis censée être l'Eira. C'est justement ce que je cherche à cacher. Mais je ne vais tout de même pas non plus lui mentir, ça ne ce fait pas. Que faire ?... Je n'ai qu'à trouver une réponse approximative qui répond à moitié à sa question. Voilà, je fais faire ça. C'est encore le mieux qu'il me reste à faire. Et prier aussi pour qu'elle ne devine rien. Le dilemme maintenant et de trouver quoi lui répondre.

Je peux ne pas préciser que je suis le Tigre blanc, mais je dois bien expliquer pourquoi je suis partie. J'ai fuis pour éviter les problèmes, mais si je dis ça il y a beaucoup de risques pour quelle demande de quels problèmes il s'agit. Cruel destin ! Au pire je peux toujours la faire taire à jamais... Mais c'est une solution trop radicale à éviter. Je ne voudrais pas m'attirer d'autres ennuis. Il faut donc que je trouve un moyen de contourner cette question, ou alors de ne pas y répondre totalement.


- J'ai eu... quelques soucis avec ma famille, mais je préfère ne pas en parler. »

Espérons que cette réponse lui suffise, sinon je ne sais pas quoi faire pour éviter l'inévitable. Et quelle idée aussi de l'emmener ! J'aurais dû la laisser en montagne. Certes, elle serait morte, mais à l'heure qu'il est je serais encore bien loin des ennuis qui approchent à grands pas. J'avais bien vu son regard parcourir ma grotte, et je crains qu'elle ne se doute de quelque chose. Il ne me reste plus qu'à tenter de garder mon calme et dissimuler mon si précieux secret.

Et si elle le découvre, que ce passera-t-il ensuite ? Isil peut toujours alors en parler, ou alors peut-être qu'elle sera compréhensible et ne dira rien. Mais après tout, les Selvaners auront peut-être besoin de moi, dans ce cas je ne pourrais pas leur refuser de prendre ma place sur le trône. J'ai fuis parce qu'il n'y avait personne pour me retenir, mais là il y aura des centaines de personnes, et chaque choix aura des proportions inattendues. Je ne pourrais les abandonner, et je croulerais ensuite sous ce que je repousse depuis toute petite.

Je ne veux d'ennuis pour personne, et je ferais toujours passer les autres avant moi, du moins tant que je reste sous ma forme humaine, car en tant qu'animale je suis imprévisible. Mais mon bonheur aussi est important. Peut-être qu'en voyant les visages souriants de Selvaners en m’apercevant m'aidera, mais pour l'instant je suis catégorique. Il faut donc que je continue de protéger mon secret du mieux possible, en espérant que l'Elfe n'aille pas fourrer son nez trop loin.

_________________



Theme's Ballianne

"Chien qui relève la queue, méprise son ennemi, tigre qui la baisse va le dévorer."

Me trouveras-tu, Invité ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Présidente
Salomé
Messages :
763
Liëtar ♦ Points :
0
Gestion des comptes :
Aesa
En recherche de lien
Présente
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Mar 11 Sep - 20:05

- Ah ...

Isil n'avait rien à répondre à cela. Elle voulu s'excuser mais les mots ne sortir pas de sa bouche. Peut-être devait-elle partir et poursuivre les recherches de son côté ? Elle avait toujours rêver de faire détective privé dans une enquête impossible ou de rencontrer enfin des membres de la Guildes des Diplomates, si réputés dans tout Telhessia. Il paraît qu'ils possèdent la plus grande Bibliothèque du monde ! Si le secret de Ballianne et la raison de son exil avait une réelle importance, susceptible de l'intéresser alors elle trouverait forcément quelque chose chez les Diplomates. A supposer qu'elle arrive à y accéder. Sinon elle irait chercher chez les Selvaners par exemple : les rumeurs disaient que leur bibliothèque était conséquente. Elle hésitait désormais : devait-elle partir et chercher des réponses ailleurs ou rester et l'interroger pour essayer de gratter peu à peu des informations.

- Je suis désolée. J'ai été indiscrète, je ne voulais pas te rappeler de mauvais souvenirs. Je sais par expérience qu'il ait très dur de quitter sa famille.

Certes elle n'avait pas retenu grand-chose de son éducation princière mais elle se souvenait tout de même que l'empathie et la compassion était deux sentiments qui ouvraient bien des portes dans le monde de la politique et de la diplomatie. Autrement dis, les gens qui se sentent compris ouvrent plus facilement leur coeur et délient leur langue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nomade
Messages :
119
0
Gestion des comptes :
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Mer 12 Sep - 21:18


Je m'en veux de lui avoir parlé de la sorte, mais d'un autre côté elle n'avait qu'à ce mêler que de ce qui la regarde, au lieu de venir fouiner chez les autres. Certes, en parler m'aurais soulagé d'un lourd poids, mais je ne peux pas me le permettre, tout s’écroulerait autour de moi. Je ne l'écoutais qu'à moitié, distraite par les flammes, mais compris tout de même ce qu'elle voulait dire. Je me demande de quoi elle parle... Aurait-elle elle aussi dû quitter sa famille pour fuir la royauté. Intéressée, je me tournais à nouveau vers elle et ne pus m'empêcher de poser une question.

- Pourquoi t'as dû quitter ta famille ? »

Cette question est assez osée, et je manque beaucoup de tact sur le coup. Mais je n'ai pas reçu la même éducation qu'elle, pour moi rien n'est indiscret, tant qu'il s'agit des autres. Cependant, je ne voulais pas mal me comporter, vivre comme une sauvage n'explique pas un tel comportement. Je pris alors un faux air gêné, espérant qu'elle y croit.

- Désolé si je suis si directe, si tu veux pas répondre, réponds pas. »

On aurait aussi bien pu faire un accord disant que si elle le dit je dis mon secret, mais il vaut beaucoup plus que cela. Je ne le laisserais pas entre les mains d'une simple connaissance qui partira sans doute très bientôt, sans tarder, le plus vite possible. Je sais, je ne devrais pas être aussi hâtive, mais je suis trop pressée de retrouver ma tranquillité. Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu autant peur, et je paniquais encore plus rien qu'à ressentir cette sensation.

Je devrais rester calme, comme toujours, mais sans avoir pourquoi je n'y parviens pas. La peur a pris le dessus depuis bien longtemps, et je serais certainement capable de me transformer soudainement pour fuir le plus rapidement possible.

Dressant l'oreille, j'entendis des sortes de grognements qui provenaient de l'entrée de la grotte. Une odeur pestilentielle atteint imperceptiblement mes narines. Je pris alors mon katana et me leva silencieusement. J'étais à l'affût de mon ennemi, peut-être imaginaire, et semblait avoir totalement oublié que je pouvais encore plus avec les réactions d'un Tigre blanc lorsque j'attaque ou me fais attaquer.

_________________



Theme's Ballianne

"Chien qui relève la queue, méprise son ennemi, tigre qui la baisse va le dévorer."

Me trouveras-tu, Invité ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Présidente
Salomé
Messages :
763
Liëtar ♦ Points :
0
Gestion des comptes :
Aesa
En recherche de lien
Présente
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Jeu 13 Sep - 19:06

Lorsque Ballianne lui posa la question, Isil hésita. elle n'avait pas fait attention et en avait beaucoup trop dit. Evidemment, puisque la jeune femme en face d'elle ne savait même pas qui était les Elfes, comment pouvait-elle savoir qu'elle était leur Héritière ? Mais était-il vraiment prudent de lui dire ? Personne ne savait qu'elle était là et personne ne viendrait la chercher s'il lui arrivait quelque chose. La seule personne qui aurait pu l'aider et la trouver aurait été Rexia, la Dragonne, mais elle était allez vivre ailleurs avec Hunar, un autre Dragon qui, semblait-il, lui avait plu. Donc, pour en revenir à ses réflexions d'origine, avant que Sylmarinn la retrouve, elle aurait largement le temps de se vider 4 fois de son sang si Ballianne l'attaquait. A supposer qu'elle arrive à s'enfuir. Car même si la Grotte ne semblait abrité aucune arme, Isil était presque sûre que la Selvane qui lui faisait face était un carnivore.

- Et bien ... Je vivais chez ma mère mais j'ai dû déménager chez ma tante.

Sûrement valait-il mieux qu'elle ne dise pas tout. Mais elle avait tellement besoin de se confier ... Cependant rien ne lui prouvait que Ballianne allait la comprendre et encore moins qu'elle allait l'aider ou, tout du moins, ne pas lui nuire. Après tout Rexia ne l'avait pas mal pris, elle. Mais mieux valait encore attendre un peu, juste pour être sûr. Mais la Selvane devait se douter de quelque chose maintenant. *Décidément, je me suis fourrée dans un sacré pétrin ...* Mais ses pensées ne l'avançaient pas beaucoup.

- En vérité, je vivais avec ma mère, mon frère et ma soeur. Mon père lui est mort quand j'avais 5ans. Mais je ne cherche pas de la pitié : s'il est mort jeune c'est que la Liëtar ne l'a pas jugé assez digne pour rester en vie. Alors c'est sûrement mieux ainsi. Tu crois en la Liëtar ?

Un proverbe dit que si quelqu'un commence sa phrase par "Je vais vous dire la vérité", "Honnêtement" ou quelque chose dans le genre c'est qu'il s'apprête à vous mentir. Est-ce vraiment vrai ? Peut-être pas ... Après tout Isil n'avait menti que par omission, ce n'était pas réellement un mensonge. Et puis parler de la Liëtar lui permettait de changer de sujet. Il y a quelques années, elle n'aurait jamais poser cette question mais elle avait appris, au contact de ministres de toutes les origines et de tout les Pays que certaines personnes ne croyaient pas au pouvoir immense de la Liëtar.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nomade
Messages :
119
0
Gestion des comptes :
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Jeu 13 Sep - 20:19


Je restais encore un moment debout, l'écoutant d'une oreille. Puis, mes soupçons disparus, je me rassis et la regarda à nouveau dans les yeux, comme au précédemment. Pourquoi employé le terme "en vérité" est-ce parce que le fait qu'elle habite c'est sa tante est faux ? Quoi qu'il en soit, je ne compte pas m'éterniser là-dessus, car une chose me turlupinait. La Liëtar... Lorsque j'entendis ce nom, mes sourcils se froncèrent légèrement. Cela me dit vaguement quelque chose, mais je n'arrive pas à me rappeler de ce qu'il s'agit.

Ma mémoire me fait défaut, et c'est bien dur de reprendre après une absence aussi prolongée. Je sais au fond de moi ce que c'est, mais je n'arrive pas à mettre la main dessus et me le rappeler. Je continuais de la fixer, le regard plus perdu qu'autre chose, et tenter de trouver une signification à ce mot, en vain. Il fallait vraiment que je commence à retrouver mes connaissances perdues par des années de solitude et de sauvagerie féline.


- La Liëtar... »

Je répétais ce mot dans l'espoir qu'il me revienne en tête, mais cela n'aidait pas beaucoup, voir pas du tout. Je me perdais petit à petit dans mes pensées, cherchant la réponse à ma question. Je m'étonne moi-même de le savoir mais de ne pas pouvoir me le rappeler, car je sais qu'en moi ce cache la réponse. Peut-être que si je le demande la mémoire me reviendra. Mais je ne veux pas avoir l'aide plus incultivée que je ne le suis déjà.

Je continuais de chercher la réponse ainsi durant un moment, puis une image me revint en tête. Une magnifique lionne aux ailes de cygnes blanches comme la neige affublée d'une queue de serpent, le tout en crachant du feu. Ma mère n'arrêtait pas de me parler d'elle, elle me disait qu'elle était Tout, notre déesse, et que je me devais de lui accorder au moins une prière par jour, ce que je n'ai, à vrai dire, jamais fais.

Quand à dire si j'y crois ou non, je ne saurais répondre. Pourquoi croire en quelqu'un qui est censé vouloir nous faire du bien si je me retrouve dans une grotte, sans famille et à fuir ce qui me revient par obligation ? Et puis, j'ai très bien grandie sans elle, je ne vois pas pourquoi j'aurais besoin d'une quelconque aide divine. Mais il m'arrive parfois de prier pour cette entité que je ne connais plus. Ce sont de vieux réflexes appris par ma mère, et les rares qui me soient restés. Elle m'avait appris des tas de choses, et j'ai encore tout en tête. Le problème est que j'ai du mal à m'en rappeler, mais ce n'est qu'un détail.


- Si c'est bien ce que je crois, je ne saurais répondre à une telle question. Tout est trop flou pour cela, trop compliqué. Si une déesse existe, pourtant tant de malheurs subsistent ? Mais après, chacun à son avis sur la question et il ne faudrait pas se quereller sur des choses aussi stupides. Il faut savoir accepter les avis des autres. En tout cas, c'est ce que me répétais sans cesse ma mère. »

Je n'avais rien d'autre à répondre, et de toute façon je ne voyais pas quoi dire de plus. Il faut respecter chaque avis, même s'il n'est pas le même. C'est ma façon de penser, et je compte bien ne rien y changer. Peut-être un jour croirais-je en cette Liëtar, mais pour l'instant je ne sais pas quoi en penser. Le Destin m'aidera peut-être pour ce choix.

_________________



Theme's Ballianne

"Chien qui relève la queue, méprise son ennemi, tigre qui la baisse va le dévorer."

Me trouveras-tu, Invité ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Présidente
Salomé
Messages :
763
Liëtar ♦ Points :
0
Gestion des comptes :
Aesa
En recherche de lien
Présente
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Sam 15 Sep - 9:19

Ballianne mit si longtemps à répondre à sa question ! Elle semblait réfléchir et se chercher une réponse maintenant. Comme si, toutes ses années, elle n'y avait jamais songé. Mais comment pouvait-elle n'y avoir jamais pensé ou réfléchir ? Isil, elle, y pensait souvent. et elle s'était longuement interroger sur la question que lui posait Ballianne. Si la Liëtar existait vraiment, pourquoi avait-elle laissé les Humains endormir les Elfes et les Nains puis détruire leur terres durant la Otha Telda ? Pour permettre la création des Seyrons et des Selvaners ? Mais voyait-elle vraiment l'avenir ou était-ce le hasard ? La jeune femme hésita avant de répondre à la Selvane. Après tout, elle et ses ancêtres avaient aussi souffert du passé. Mais le fait qu'elle ne soit pas persuadée du Pouvoir de la Liëtar étonnait Isil.

Dans son enfance, elle écoutait sa mère vanter les prouesses de la Déesse et des autres Dieux le soir, sous les étoiles. C'était des histoires magnifiques, qui la faisait rêver. Isil n'était jamais -ou trop rarement- rentré dans un Arbre-Temple pour vénérer la Déesse sous sa forme elfique : une Elfe des Bois accompagnée d'une buse magnifique. La dernière fois qu'elle était rentré dans un bâtiment religieux, c'était pour le Mariage Royal de sa tante et Thalion Falathar, un Elfe très gentil mais décédé quelques années plus tard. Mais elle s'égarait. Il fallait qu'elle réponde à Ballianne.

- Je pense que les choses mauvaises créées de choses meilleures et que la Liëtar le sait. Par exemple la Otha Telda. Sans elle les Selvaners, les Dragons et les Seyrons n'auraient jamais été créés. Sûrement que la Déesse le savait. Je ne sais pas en fait ... Je suppose ...

Mais comme souvent, cette pensée en amena une autre dans l'esprit de la jeune Elfe. Une qui n'avait aucun rapport, certes, mais rien à faire, elle n'arrivait pas à chasser cette question de sa tête. Elle regarda donc Ballianne quelques instants. Allait-elle la prendre pour une folle à passer du coq à l'âne sans arrêt ? Tant pis ... S'il fallait qu'elle passe pour une idiote pour avoir la conscience tranquille, elle n'hésiterait pas.

- Et pense tu que le Talisman d'Elinfar existe ? Qu'il a réellement été volé ? Moi je ne sais pas ... J'ai entendu tellement de rumeurs ! Si sa se trouve, ce fameux Sargon Moarlis a gardé le talisman pour lui et a fait accusé une pauvre innocente pour pouvoir e garder pour lui tout seul.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nomade
Messages :
119
0
Gestion des comptes :
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Sam 15 Sep - 11:00


Je la trouve trop naïve. Elle s'imagine des choses qui ne peuvent avoir lieu pour protéger une Déesse qui n'existe peut-être même pas. Quelle naïveté. Si j'hésite encore au sujet de son existence, c'est à cause de l'éducation basée sur la religion que ma donné ma mère. Chaque chose qu'elle me disait, qu'elle m'apprenait, avait un lien quelconque avec cette Déesse, mais étrangement je l'avais oublié. Alors soit ma mémoire me faut de gros défauts, soit j'ai une mémoire sélective. Mais bon, je ne vais rien dire à propos de cette soi-disante entité immortelle.

Après cette phrase sortie, elle changea de sujet après m'avoir fixée un moment. Elle me fait peur à me fixer ainsi d'un regard vide, mais je ne vais rien dire, je ne voudrais pas passer pour quelqu'un de méchant et mesquin. Ce qu'elle dit ensuite me fit sûrement encore plus passer pour une inculte. Le talisman d'Elinfar... C'est quoi ça ? Et c'est qui Sargon Moarlis ? C'est quoi tout ça ? Je ne comprends plus rien, je suis perdue. J'aurais peut-être pas dû partir aussi longtemps de la civilisation. Je me ressaisis quelques instants plus tard, parce que pendant un moment j'avais eu un regard vide. Un peu hébétée, je regardais ensuite à nouveau Isil pour lui poser la question qui reste dans ma tête.


- C'est quoi ce talisman ? Et c'est qui ce Sargon ? »

J'avais l'impression que jamais je pourrais comprendre ce qu'elle dit. Il faudrait vraiment que je pense à me remettre dans la civilisation. Mais il est vrai que si elle n'était pas venue je n'aurais pas eu à repenser à tout cela, donc je n'ai pas besoin de rentrer en Alcandor. Maintenant il s'agit juste de comprendre de quoi elle parle jusqu'à ce qu'elle parte enfin de ma grotte.

Tout est si compliqué... Si j'étais restée chez les miens et avait accepté le trône, j'aurais sûrement tout compris, mais avec j'aurais eu les responsabilités qui accompagnent ce rôle, ce pourquoi j'ai préféré fuir et vivre en ermite loin de toute population et de tout humanoïdes. Mais je sentais que cette rencontre avec l'Elfe allait changer beaucoup de choses dans ma vie. Mon futur ne serait peut-être pas aussi tranquille que je l'espérais lorsque je suis venue habitée ici.

Mais bon, à force on fini par s'ennuyer. Il n'y a rien d'autre à faire à par chasser et survivre. Il n'y a presque pas d'action, seulement lors des attaques, et je ne peux jamais vraiment me reposer puisque je dois toujours être sur le qui-vive. En fait, c'est pas vraiment des vacances, c'est plutôt un gros boulot à long terme, assez dur en soit. Mais sûrement pas avec autant de responsabilités que si je suis la Eira. Faudra que je pense à tout cela lors du départ d'Isil, peut-être reviendrais-je en Alcandor...

_________________



Theme's Ballianne

"Chien qui relève la queue, méprise son ennemi, tigre qui la baisse va le dévorer."

Me trouveras-tu, Invité ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Présidente
Salomé
Messages :
763
Liëtar ♦ Points :
0
Gestion des comptes :
Aesa
En recherche de lien
Présente
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Sam 15 Sep - 12:49

Isil ouvrit la bouche pour répondre mais avant que les mots aient le temps de franchir ses lèvres elle saisit l'étendue de la réponse de Ballianne. Ne savait-elle donc rien ? Elle ne connaissait ni les villes, ni les peuples, ni l'actualité ... Depuis combien de temps était-elle partie ? Peut-être que la tenir au courant était son rôle. En vérité, Ballianne lui faisait peur avec toutes ses questions. Elle ne devait pas avoir plus de 30ans, peut-être 35 à tout casser, mais elle semblait plus ignorante qu'une enfant. Pourquoi s'était cacher ainsi ? La Selvane avait-elle été chassé ou avait-elle fuit de son propre gré ? La deuxième hypothèse semblait pourtant impossible : personne ne ferait sa, ne couperait les ponts ainsi avec tout et tout le monde à moins d'être en danger de mort ou de fuir quelque chose d'horrible. Cette fois c'était décidé : Isil ne partirait pas d'ici avant d'en avoir terminé avec Ballianne.

- Le Talisman d'Elinfar est un bijou très puissant qui avait été donné à un Grand Prêtre -tu sais, quelqu'un qui passe sa vie à prier la Liëtar ?- qui s'appelle Sargon Moarlis. Il a annoncé il y a quelques temps à tout Telhessia qu'une certaine Naphie Azaroth l'aurait volé alors qu'elle devait le protéger. Beaucoup de gens sont partis à sa recherche mais personne ne l'a trouvé. Moi je pense que c'est Sargon qui le possède encore mais les autres courent tous derrière Naphie. Alors je me demandais si toi aussi tu comptais le chercher.

Isil garda le silence un instant, regardant l'horizon par l'entrée de la Grotte. Telhessia était magnifique vu d'ici. En contrebas, elle apercevait l'immense forêt qui couvrait les territoires neutres puis, au loin, les hautes montagnes des Nains, Azgal, ainsi que la mer intérieure de Telhessia. D'ici, on ne voyait qu'une infime portion des terres et pourtant tout cela paraissait si grand ... Comment pouvait-on retrouver une personne, surtout aussi discrète que Naphie, dans cet univers gigantesque ?

- Depuis combien de temps es-tu partie de chez toi ? Que sais-tu du monde moderne ?

Mais c'était une question bien vaste et Isil se rendit vite compte que si elle ne la précisait pas la réponse ne serait pas suffisante à l'avancée de son enquête. Et plus elle poserait de questions puis il y avait de chance que Ballianne se braque ou se méfie. Elle réfléchit donc quelques secondes, les yeux toujours rivés sur les Montagnes Naines qu'elle n'avait jamais vu de près, avant de tenter de préciser, citant des évènements dont tout le monde avait entendu parlé sur Telhessia.

- Étais-tu toujours chez ta famille lors du Mariage Royal des Elfes ? Avec Sylmarinn DuNomenàr et ThalionFalathar. Ou lors de la montée au pouvoir du Parti Technologiste à Shenoraa avec à sa tête Dream Men'ill ? Ou encore avant lors de l'ascension au Trône de la nouvelle Eira, May Lenn Hayabusa ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nomade
Messages :
119
0
Gestion des comptes :
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Sam 15 Sep - 18:42


Cette Elfe va finalement peut-être m'être utile avec tout les renseignements qu'elle m'offre. Vivre à l'état sauvage ne me réussis vraiment pas...

Ainsi donc, Sargon Moarlis était un Grand Prêtre. J'avais même oublié ce que signifiait ce titre... Et ce talisman avait été volé par une Naphie Azaroth. C'est une raison de plus pour fuir la population ! Il y a toujours des crimes partout, et les bandits courent les rues. Ici au moins je ne risque pas de me faire volée, sauf peut-être par des bêtes affamées. La supposition que sortit Isil se tient. Après tout, les humanoïdes sont tous les mêmes... Je ne vais pas dire que je ne suis pas pareil, mais je tente un peu de fuir cette nature qui m'entrave.

Lorsqu'elle eut fini sa phrase, je laissais mes pensées vagabonder. Je n'étais pas partie depuis si longtemps que cela, et pourtant je ne me souvenais presque de rien. Je ne sais pas combien de temps je suis restée ainsi, mais je fus tirée par une question qui me fit à nouveau travailler l'esprit. Je ne sais plus combien de temps cela fait que je suis partie, j'ai perdue toute notion de temps... Et pour le monde moderne, je ne sais même plus ce que j'ai appris. Mais heureusement Isil précisa sa question, me soulageant.

Encore d'autres questions dans mon esprit... C'est qui Sylmarinn DuNomenàr ? Et Thalion Falathar ? C'est quoi le parti machin-truc ? C'est qui Dream Men'ill ?! La seule chose que je compris, ce fut lorsqu'elle prononça le mot "Eira". À ce simple mot, la nostalgie envahit mon regard. Je ne suis pas nostalgique du trône, mais du peuple qui me manque tellement. Et maintenant je sais enfin le nom de celle qui a pris ma place. May Lenn Hayabusa... Je l'avais aperçue il y a... longtemps, je crois. Je mis un moment à me remettre de cette dernière question, et lorsque je parlais enfin, ma fois était plus calme, plus douce, et avec une pointe de tristesse au fond.


- Je ne sais plus depuis combien de temps je suis partie. Je ne sais pas qui sont ces personnes, mais je me souviens pour l'Eira... C'est tout, je crois. »


Je n'avais rien à dire de plus. Tout d'un coup, j'avais plus envie que jamais de rentrer. Je voulais rencontrer cette May, la comprendre, la cerner, et peut-être lui dire qui je suis. Non, il ne faut pas, personne ne doit savoir. Mais cette fille semble être le genre de personne qui apprend tout par n'importe quel moyen, et, je ne saurais dire pourquoi, j'ai une grande envie, comme si quelque chose m'y pousse, de me soulager du poids qui pèse sur mes épaules et tout lui raconter.

_________________



Theme's Ballianne

"Chien qui relève la queue, méprise son ennemi, tigre qui la baisse va le dévorer."

Me trouveras-tu, Invité ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Présidente
Salomé
Messages :
763
Liëtar ♦ Points :
0
Gestion des comptes :
Aesa
En recherche de lien
Présente
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Sam 15 Sep - 19:07


Ah enfin quelque chose dont Ballianne se souvenait ! Mais c'était étonnant qu'elle ne se souvienne que de sa ! May Lenn était sur le Trône depuis deux ans déjà ! La Selvane n'avait pas vu la civilisation depuis si longtemps ? Et puis elle semblait si triste d'un coup, si abattue. Au fond d'elle, Isil était presque sûr que cela tout avait un lien. Elle récapitula donc mentalement ce qu'elle savait de la jeune femme : c'était une Selvane, sûrement carnivore, qui était parti depuis environ deux ans et qui était vivant en Alcandor. Mais était-elle triste parce qu'elle pensait à son Pays ? Parce qu'elle connaissait l'Eira ? C'était à ce moment que son regard s'était assombri et c'était la seule chose dont elle se souvenait.

- Tu semble triste ... Tu connaissais May Lenn ?

Après tout, un peu d'empathie n'a jamais fait de mal à personne. Isil, elle, n'avait jamais vu l'Eira en personne. Il paraissait qu'elle était très jeune, plus jeune qu'elle peut-être mais qu'elle gouvernait avec douceur et fermeté. Enfin, c'était ce qu'elle avait entendu dire à la Cour. Mais quelque chose la perturbait encore. Comment ne pouvait elle pas connaître la Politique au point de ne pas savoir l'organisation du gouvernement humain ou le nom des dirigeant elfe ? Peut-être que la politique ne l'intéressait simplement pas ou qu'elle avait vécu dans une tour d'ivoire toute sa vie.

Mais si elle connaissait May Lenn c'est qu'elle vivait au Palais de l'Eira. Dans ce cas-là, elle devait être noble. Ce qui expliquait encore moins sa présence ici. Peut-être avait-elle été ruinée ou peut-être même que May Lenn lui avait retiré son titre de noblesse. A moins qu'elle n’ai été servante mais dans, si c'était le cas, elle ne connaissait pas réellement l'Eira, à moins d'avoir été une de ses suivantes. Quoi que cela paraissait peu probable car, si l'on en croyait la rumeur, la jeune dirigeante Selvane détestait la compagnie. Et puis May Lenn n'avait ni enfants ni frère et soeurs. Il ne lui restait que ses cousines et son cousin mais ils étaient assez importants pour que leur départ -si départ il y avait- face des remous dans le monde de la politique.

- Quel était ton poste dans la société selvane ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nomade
Messages :
119
0
Gestion des comptes :
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Sam 15 Sep - 19:30


Les larmes me montaient presque aux yeux, mais je me retenais et ne les laissais pas paraître. Je ne la connaissais pas, elle ne me connais pas, mais nous avons un lien que seuls ma défunte mère, quelques rares témoins et moi-même connaissons. Isil fit preuve d'empathie, ce que je n'attendais pas chez elle, et ne me demandez pas pourquoi ! Puis la question suivante me fit monter sur mes grands chevaux. Je me redressais aussitôt, fit disparaître toute triste de mon visage et me leva, prenant mon katana dans une main avant de répondre d'une voix dure et sèche, la fixant de haut.

- Non je la connais pas, et je n'avais aucun rôle. »

Sur ces mots, je partis vers la sortie de la grotte, mais m'arrêta à l'entrée. Je n'avais pas fais exprès de prendre un tel ton, c'était juste les sentiments qui étaient ressortis, mais je ne comptais pas m'excuser. Je me tournais ensuite vers elle pour prononcer d'autres mots du même ton.

- Tu ferais mieux de partir, je vais t'accompagner pour sortir des montagnes. Je te ramènerais ton cheval dans ton pays. »

Sur ces mots, je restais devant l'entrée de la grotte à l'attendre. J'avais tellement les nerfs à vif que si elle montrait le moindre signe agressif j'étais sûre de me transformer et me jeter sur elle. Mon secret serait alors brisé, mais elle serait morte, et le problème serait résolu. Ce n'est peut-être pas une si mauvaise idée... Mais la disparition de quelqu'un va sûrement alerté la population, alors je ne dois pas faire de bêtise.

Pour l'instant, j'espérais juste qu'elle s'en aille, mais malheureusement quelque chose vint tout troubler. Une bête s'approcha de moi, plus précisément un carnivore. Il était dans mon dos, et franchement pas discret. Je le suis beaucoup plus. Je le laissais donc approcher un peu plus, puis me retourna vivement vers lui et le fixa méchamment. Sans le vouloir, je lui crachais dessus à la manière d'un félin, et il détala sans demander son reste. Ceci fait, je me tournais vers Isil, toujours aussi vive, et attendis de pied ferme, mon regard plus animal que jamais.

_________________



Theme's Ballianne

"Chien qui relève la queue, méprise son ennemi, tigre qui la baisse va le dévorer."

Me trouveras-tu, Invité ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Présidente
Salomé
Messages :
763
Liëtar ♦ Points :
0
Gestion des comptes :
Aesa
En recherche de lien
Présente
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Lun 24 Sep - 19:15

Tout à coup, sans prévenir, Ballianne se leva et s'énerva. Apparemment hors d'elle, elle lui répondit qu'elle ne connaissait pas May Lenn et qu'elle n'avait aucun rôle dans la société Selvane. Mais tout dans son attitude semblait indiquer qu'elle mentait. Avant qu'Isil ait pu tenter quoi que ce soit pour la calmer, Ballianne partit vers l'entrée de la grotte et la mit dehors. La jeune Elfe avait toucher une corde sensible, avait enfin trouver la piste à creuser. La femme aux longs cheveux châtains lui tournait peut-être le dos mais Isil n'avait nullement besoin de lire dans ses yeux pour voir sa colère et son immense besoin de solitude. C'était un sentiment que la jeune princesse comprenait parfaitement : elle avait elle-même passé son temps à fuir le Palais et ses responsabilités

Ballianne se tourna de nouveau vers Isil en silence mais son geste bien trop brusque et trop rapide valait mieux que mille paroles : il fallait qu'elle parte et vite, sans même tenter de discuter. Parfaitement consciente que c'était bien plus que son orgueil qui était en jeu, elle se plia à ses ordres sans discuter et sortit de l'antre. Avec des gestes précis et mesurés, elle demanda à sa jument de se lever et l'enfourcha. Elle fit quelques pas perchée sur le dos de sa monture puis se tourna sur sa selle pour lancer à la Selvane :

- Je ne sais pas qui tu es Ballianne, ni ce que tu es exactement mais je sais que tu n'es pas rien. Tu cache quelque chose d'immense c'est évident. Je ne sais pas quoi mais je suis sûre que, quoi que ce soit, je pourrais comprendre : tu semble me ressemble énormément.

En vérité, elle ne savait absolument pas pourquoi elle avait dit sa. Peut-être espérait-elle que Ballianne lui révèle son secret comme sa alors qu'elle tournait autour du pot depuis longtemps déjà. Non, c'était impossible mais bon on ne sait jamais. Elle hésitait à lui demander de venir la voir. Et si Ballianne venait la tuer ? Car maintenant qu'elle voyait ses yeux, elle pouvait lire dans son regard sauvage qu'elle ne voulait pas la prendre dans ses bras pour l'embrasser. Mais Isil était curieuse, bien trop d'ailleurs et elle ne put s'empêcher de lui dire :

- J'habite au Palais de Mailëandor, à l'Est d'ici. Demande l'Héritière si tu ne me trouve pas.

Au moins, comme sa Ballianne savait à qui elle avait à faire. Ce n'était pas utile bien sûr mais Isil avait appris à aimer son titre et se plaisait à répéter partout où elle allait qu'elle faisait partit de la famille royale elfique et qu'un jour elle serait leur supérieure, si jamais ce n'était pas déjà fait. Sur ce, la jeune Elfe se remit droite sur sa selle et talonna sa jument qui entama doucement la descente ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nomade
Messages :
119
0
Gestion des comptes :
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Ven 28 Sep - 20:23


Tout compte fait, je n'aurais peut-être pas dû être aussi agressive... Mais après tout elle n'avait qu'à pas fourrer son nez dans les affaires des autres. Elle dit que je cache quelque chose d'immense, ce qui est totalement vrai, mais je n'ai pas l'intention de le révéler à quiconque, du moins pas encore. C'est... trop dur, trop difficile... Je déteste céder à la facilité. Isil grimpa sur son cheval avant de ce diriger vers la sortit. Je n'aime pas non plus la façon dont les gens regardent les autres de haut lorsqu'ils sont sur ces équidés, et j'aurais bien voulu mettre fin aux jours de cet animal d'un coup de griffe ou en transperçant mes crocs aiguisés dans son encolure. Cela aurait certainement fait un excellent festin.

J'allais lui dire de dégager, et lui faire au passage une bonne frayeur, mais une phrase me marqua. Elle dit me ressembler beaucoup, mais comment pourrait-elle affirmer une telle chose ? On ne se connaît même pas ! Du moins, nous ne sommes que des connaissances, rien de plus. Et puis, je n'ai pas très envie de me lier d'amitié avec elle.

Lorsqu'elle s'apprêta à partir, elle sortit une dernière phrase qui, elle aussi, me marqua. L'Héritière... Je sais qui est cette personne, puisque ma mère m'avait parlé de toutes les dignités importantes du monde. Elle est donc la princesse des elfes. Dans ce cas, peut-être pourra-t-elle m'aider ?... Mais d'un autre sens, le fait qu'elle soit si haut placé fera sûrement que mon secret est bien moins gardé. Quoique...

Lorsqu'elle fit descendre sa jument, je m'entendis grogner. Un grognement de tigre, plus précisément de la bête qui sommeil en moi, et en quelque instant je fonçais vers elle, à quatre pattes. Les crocs bien pointus, les pattes puissantes, ma taille impressionnante et ma fourrure noire et blanche. Voilà ce que je ressentis presque soudainement. Je ne l'avais pas sentit, mais je m'étais bien transformée, sans même avoir chercher à le faire. Peut-être était-ce simplement mon subconscient qui m'y poussait ? Je dévalais alors la descente d'une grande vitesse et me stoppa net devant le cheval, poussant un puissant rugissement qui fit écho dans toute la montagne. Le cheval se cabra, de peur, et fit tomber sa cavalière avant de partir rapidement.

Je restais devant l'elfe, les muscles bien saillants et dévoilant mes crocs. Je ne cessais de grogner, ce qui était sans doute ma colère qui ressentait. Celle dû à l'instant précédent, et celle de m'être dévoilée si tôt. D'un autre côté, j'étais triste, très triste, et plus solitaire que jamais. Au fond de moi, sans même vouloir me l'avouer, j'espérais qu'elle m'aide...

_________________



Theme's Ballianne

"Chien qui relève la queue, méprise son ennemi, tigre qui la baisse va le dévorer."

Me trouveras-tu, Invité ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Présidente
Salomé
Messages :
763
Liëtar ♦ Points :
0
Gestion des comptes :
Aesa
En recherche de lien
Présente
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ... Mer 3 Oct - 16:23

Isil descendait doucement, toutes ses pensées tournées vers son étrange rencontre avec Ballianne lorsqu'elle se retrouva par terre. Surprise, elle rassembla ses esprits mais ne chercha même pas Vìlë du regard : quelque chose de bien plus intéressant se dressait devant elle : un tigre blanc, l'animal sacré des Selvaners, la forme de l'Eira légitime ... *Alors Ballianne est l'Eira ?* Mais l'Eira n'était pas May Lenn ? Ou alors Ballianne et May Lenn était la même personne ? *Non* se raisonna Isil. Elle avait vu la jeune femme représentée maintes fois par des artistes elfiques mais rien chez Ballianne ne lui rappelait la Selvane aux longs cheveux blancs.

Mais comment Ballianne pouvait-elle avoir la forme de l'Eira ? Surtout qu'elle était bien plus vieille que la jeune May Lenn, qui n'avait que 18ans. Pourtant Isil n'avait jamais entendue parler d'elle durant ses interminables leçons sur l'Histoire de Telhessia. Ah moins que ...! Elle se rappelait avoir lu une fois qu'une jeune princesse Selvane était morte, il y a bien 20 ou 30ans auparavant. Etait-il possible que ce soit elle, Ballianne ? Mais dans ce cas là, pourquoi ne réclamait pas le Trône ? Parce que même si les responsabilités étaient grandes, Isil en savait quelque chose, les avantages étaient si nombreux ...

Le regard d'Isil se posa à nouveau sur la tigresse, qui la dominait de toute sa hauteur, elle la princesse des Elfes. Sa n'allait pas du tout ! Aussi la jeune fille se releva tant bien que mal et épousseta sa robe longue. Elle ne savait absolument pas quoi dire. Elle se demanda alors ce qu'elle aurait aimé qu'on lui dise si elle s'était trouvé dans la position de Ballianne. Surement pas des reproches. Les reproches braquent et déçoivent et c'était tout le contraire de ce qu'elle attendait. Mais il fallait qu'elle comprenne tout de même. Peut-être qu'elle devait simplement posé la question. Ou alors, déduire. Oui déduire c'était une merveilleuse idée ! Montrer à Ballianne qu'elle comprenait vraiment ce qu'elle ressentait ! Mais comprenait-elle vraiment ? Car si elle se trompait Ballianne risquait d'être déçue aussi.

- Ah tu es la Princesse Selvane qui avait disparue et définie comme morte.

Ce n'était théoriquement pas une question. Mais un )peu quand même peut-être. Et puis après tout, elle devait bien essayer quelque chose. Et puis cette probabilité lui semblait la plus probable. De toute façon, c'était la seule qui était réellement envisageable en tenant compte des évènements qui avaient eut lieu ces dernières années et du peu qu'elle savait de Ballianne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Là où personne ne va ...

Revenir en haut Aller en bas
Là où personne ne va ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» Plus rien, ni personne. (libre)
» Chacun sa route chacun son chemin ♫ [ Libre 1 Personne ]
» J'ai peur...il n'y a personne?
» Lorsque le passé revient en force. [Libre 1 personne]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Telhessia :: Territoires Neutres :: La Grotte-