AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Sylmarinn DuNomenàr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Reine des Elfes
Eni
Messages :
544
Liëtar ♦ Points :
1
Gestion des comptes :
Sylmarinn / Leym
lien vers GdC
Disponible pour RP !
Présente
MessageSujet: Sylmarinn DuNomenàr Sam 18 Aoû - 11:47

Sylmarinn DuNomenàr
« Main de fer et gant de velours »

Identité

Surnom : Aucun
Peuple : Elfes
Ethnie : Hauts Elfes
Rang : Reine
Âge : 93 ans

Combattant(e) ? Oui
Si oui, arme de prédilection : Arc et flèches

Objectif actuel : Tirer son épingle du jeu des derniers évènements sur Telhessia pour privilégier les Elfes
Equipe de départ : Liëtar



Description physique

Sylmarinn joue de sa haute taille et de ses traits sévères pour imposer le respect. Comme tous les Elfes, son corps est souple et élancé. Elle se tient la tête haute et le menton relevé, l'air volontaire, une moue souvent accrochée à ses lèvres fines complétant le tableau et lui conférant une expression hautaine. La tradition voudrait que la famille royale soit constituée de Hauts Elfes. Cependant, avec son visage pâle encadré d'une longue chevelure noire, Sylmarinn nourrit plutôt les rumeurs prêtant des ancêtres Elfes Noirs en plus des Hauts Elfes à la dynastie Nomenàr. Ses yeux d'un vert sombre et ses traits, clairement hérités de la famille royale, ne laissent pas de doute sur ses origines.
Sylmarinn ne porte la couronne rappelant son rang de reine que lorsque c'est nécessaire. Elle a de toute façon une aura d'autorité naturelle. Elle est souvent vêtue d'une robe longue et d'une cape, légères. A sa ceinture pend toujours une dague, à laquelle viennent s'ajouter si besoin un arc et un carquois.

Description mentale

Sylmarinn a été façonnée par une éducation exigeante, ainsi que celles qui ont un temps été ses meilleures alliées, méfiance et solitude. En s'habituant à sa condition d'héritière puis de reine, elle a acquis d'autres supports et s'est épanouie dans son rôle. Elle a de grandes ambitions pour son pays et s'est dévouée toute entière à lui.  
Elle agira toujours avec les intérêts de son peuple en premier mais n'allez pas vous imaginer une reine généreuse et naïve qui fait tout ce qui est en son pouvoir pour n'importe quel Elfe des bois. Elle veut s'assurer de la loyauté des gens, ou qu'ils lui soient redevables. Elle fait rarement de bonnes actions individuelles sans arrière-pensée. Elle aime savoir ce qui motive les gens et s'attache aussi à évaluer ce que pensent ses ennemis en les gardant à portée de main.
Réaliste et pragmatique, Sylmarinn sait exactement quels sont les moyens à sa disposition. Un réalisme parfois quelque peu entaché par son arrogance et son ambition, qui font d'elle une cible facile de la flatterie. Elle se targue de savoir la reconnaître, assure que cela n'embrume pas sa capacité de discernement, mais un ego satisfait la met indéniablement dans de meilleures dispositions. Pas nécessairement bonnes, mais meilleures.
Du haut de son intelligence, elle aime tester les gens et les juge rapidement, puis révise ledit jugement lentement. Elle apprécie les gens qui connaissent leurs qualités et savent ce qu'ils veulent. Elle affiche souvent une façade d'indifférence, nourrie par sa méfiance. Elle peut se montrer chaleureuse, mais ce sera uniquement dans un cadre relativement privé, même si elle donne le change quand il le faut.


Passé


« Quel âge as-tu maintenant, petite ? »
Assise en tailleur sur le toit végétal du palais d’Arairin, Sylmarinn leva fièrement dix doigts. Son grand-père, le roi Menrethil DuNomenàr, l’avait emmenée au plus haut du palais, d'où la petite elfe pouvait distinguer les étoiles qui parsemaient le ciel nocturne.
Elle était heureuse d’avoir l’attention du roi pour elle seule. Son père lui avait pourtant répété que les « devoirs » de Menrethil l’empêchaient de lui consacrer du temps, et que sous aucun prétexte elle ne devait le déranger. Elle essayait alors d'imaginer la vie du roi, bâtissant un monde féerique dans lequel la cour papillonnait autour de lui, applaudissant chacune de ses décisions.
Elle but les paroles de son grand-père, écarquillant les yeux alors qu’il lui montrait un pic de la chaîne de Foa illuminé par la lune, ou le grand miroir du Lac des Âmes. Elle avait hâte de raconter ce moment à sa petite sœur, Didleen.

***

Sylmarinn se rappela juste à temps de relever le menton et de se tenir bien droite. Maintenant qu’elle était officiellement deuxième dans la ligne de succession au trône elfique – derrière son père, bien sûr – elle se devait de faire bonne impression. Menrethil lui fit signe de s’asseoir à ses côtés, comme d’habitude.
La jeune Elfe menait une vie ensoleillée. Elle appréciait les leçons de Menrethil, qui se faisaient de plus en plus fréquentes. Elle adorait les jeux dans les arbres avec sa sœur, à qui elle racontait en détail sa journée au palais, pendant que Didleen lui montrait ses dernières découvertes : une fleur qu’elle ne connaissait pas, un oisillon qu’elle avait recueilli, un coin parfait pour faire la sieste. Sylmarinn commençait à apprendre le tir à l’arc auprès d’un membre de la garde royale. Il n’avait pas dit que c’était à la demande de son grand-père, mais elle l’avait vite compris.

***

C’est penché sur un énorme traité d’histoire que Sylmarinn trouva son grand-père. C’était la première fois depuis longtemps qu’elle le rejoignait sur le toit. Elle n’y était pas allée seule, croulant sous les leçons de géographie, d’économie, d’écriture ou de bonnes manières. Quelques ampoules ornaient ses doigts fins, conséquences des entraînements de tir à l’arc. Didleen avait l’air de penser que c’était absurde de se plier à toutes les exigences du roi, même si Sylmarinn avait bien du mal à déterminer ce que pensait sa sœur en ce moment. Pour autant qu’elle sache, elle était peut-être simplement jalouse. Ou irritée que leur père passe de plus en plus de temps dans les affaires du palais également. Eh bien, Didleen n’avait qu’à rester au palais au lieu de fureter partout.
Menrethil lui tendit le livre.
« Tiens. Tu sais qu’il est important de connaître le passé pour comprendre le présent, que ce soit au sein de notre propre peuple ou dans les autres Etats. Tu commenceras tes leçons d’histoire la semaine prochaine. »

***

« Que dirais-tu de partir en voyage ?
- En voyage ?
- L’ambassadeur Rëandil part pour Effiolen après-demain.
- Oh ! Je veux dire, bien sûr, grand-père ! »
Sylmarinn retint son exclamation de joie. Elle partait à la découverte du monde ! Elle connaissait déjà le fonctionnement de l’administration seyria, l’histoire du pays, mais ne parvenait pas à se représenter l’atmosphère particulière d’Alpharia telle qu’elle était décrite dans les livres. En plus, avec un ambassadeur ! Elle allait rencontrer les représentants avec qui il discuterait, voir l’envers du décor. Cerise sur le gâteau, son père partait pour la bordure sud de Mailëandor le même jour que le convoi, ce qui signifiait qu’il ferait sûrement le trajet jusque-là avec eux. Ses devoirs d’Héritier n’avaient jamais été contraignants pour sa famille, mais entre ses voyages plus fréquents et les propres leçons de Sylmarinn, il lui arrivait plus souvent de croiser son père au détour d’un couloir que dans leurs appartements.

***

« Comment s’est passé ton voyage à Alpharia, Sylmarinn ? »
La chaleur était insupportable, la nourriture étrange, et Rëandil ne l’avait pas laissée assister aux négociations. Le retour n’avait pas été des plus chaleureux non plus puisqu’elle avait dû subir les remontrances de sa mère et de sa sœur, qu’elle n’avait pas prévenues elle-même de son départ. Elle jeta à son grand-père un regard noir avant de pouvoir se retenir.
« Très bien », mentit-elle. D’autant plus qu’elle avait appris en arrivant à Arairin qu’une délégation selvane, accompagnée de Diplomates, était venue précisément pendant le mois où elle avait été absente. Oh, quel dommage que vous n’ayez pas été là ! avait gazouillé sa servante.
Menrethil la dévisageait avec une pointe d’amusement. Elle céda.
« Vous l’avez fait exprès pour que je n’assiste pas à la visite des Selvaners… alors que tout le Palais en parle !
- Tout le Palais n’a pas entendu ce qu’ils avaient à dire, Sylmarinn. Tu n’aurais pas su non plus et ce voyage a eu l’avantage de m’éviter tes questions. »
La jeune elfe ne répondit pas. Les reproches lui brûlaient la gorge mais elle ne lui ferait pas le plaisir de les exprimer.

***

« Où est père ? Il aurait dû rentrer il y a dix jours.
- Il a dû être retardé en route. »
Sylmarinn, incrédule, fixa son grand-père, dont le visage ne laissait transparaître aucune émotion.
« Vous vous en fichez, lâcha-t-elle.
- Sylmarinn, concentre-toi. Tu ne peux pas te laisser aller à chaque fois qu’il y a un imprévu.
- Ce n’est pas un imprévu, c’est mon père ! Et votre fils, même si vous n’avez pas l’air de vous en souvenir. »
Menrethil ne répondit rien alors qu’elle lui tournait le dos et s’en allait.
Sylmarinn apprit deux jours plus tard que le convoi de son père avait été attaqué par des bandits à la frontière du territoire nain et que l’héritier ne reviendrait pas. Elle ne put s’empêcher de se demander si le roi le savait déjà lors de leur discussion.

***

« Dis-moi, Sylmarinn, vois-tu d’autres elfes de ton âge, à part les fils et filles de membres du Conseil ou d’ambassadeurs ? »
La vie de la jeune elfe tournait autour de son rôle d’héritière et rien d’autre. Elle ne voyait plus qu’occasionnellement sa mère et sa sœur, qui avaient préféré habiter en dehors d’Arairin. Cela ne lui faisait ni chaud ni froid. De toute façon, elle ne partageait plus que des disputes avec Didleen, et la douceur de sa mère avait cessé de la réconforter après la mort de son père.
Mais pas plus tard que la semaine dernière, Sylmarinn avait justement réussi à gagner la confiance de sa jeune servante, qui travaillait également aux cuisines. Après une escapade aux abords d’Arairin où elle s’était laissé entraîner bon gré mal gré, Sylmarinn devait admettre qu’elles avaient partagé un bon moment, et qu’elle était loin de connaître aussi bien la ville que le Palais. Lui parler plus souvent permettrait de voir un peu plus loin que l’image que Menrethil l’autorisait à voir.
« A part ta servante, à qui j’ai demandé de t’emmener en… visite, disons, autour d’Arairin l’autre jour ?
- Vous… quoi ?! »
Sylmarinn serra les poings et ravala tant bien que mal les larmes qui lui montaient aux yeux. Elle se sentait stupide. Elle aurait dû s’en douter.

***

« Sylmarinn, tu prendras désormais une partie des lettres qui me sont adressées.
- Vos lettres ? Mais vous allez manquer des informations ?
- Et tu feras ce qu’il faut pour y répondre si ce sont des problèmes diplomatiques.
- Répondre à votre place ?
- Cesse de répéter ce que je dis. »
Sylmarinn retint une autre question, fronçant les sourcils. Le but de la conversation lui échappait. Menrethil plissait les yeux mais affichait comme à son habitude un visage insondable. Pourquoi la laissait-il prendre des responsabilités au détriment des siennes, lui qui voulait avoir tout contrôle sur ce qu’elle savait ? Était-ce un test ou une autre manipulation dont elle ne voyait pas l’intérêt ?

***

Avec la ferme intention de ne pas se laisser détourner, Sylmarinn annonça :
« Je pars à l’aube pour Laurëanandirin.
- Tiens donc ! Et qu’est-ce qui te fait penser une telle chose ?
- Vous contrôlez tout ce que je fais. Tout ce que mon entourage me dit sort en réalité de votre bouche ! »
Ne pas s’énerver. Elle se força à prendre un ton plus calme.
« Je ne vous demande pas la permission de partir. Je vous informe que je m’en vais à l’aube. »
Ce ne fut qu’une fois sur son cheval qu’elle s’autorisa à soupirer. Elle avait conscience de faire, encore une fois, exactement ce que son grand-père voulait. Il n’avait même pas demandé quand elle reviendrait ; il était parfaitement sûr qu’elle serait de retour lorsqu’il l’aurait prévu. Mais si elle arrivait à accepter cette pensée, elle pourrait presque profiter du voyage.

***

« Ah, Sylmarinn. Je t’attendais plus tôt.
- Vraiment ? Je ne vous crois pas.
- Approche, veux-tu ? Je ne te vois pas bien sous cet angle. »
Elle s’assit à côté du roi sur le toit du palais. Un léger voile blanc couvrait ses yeux. Il toussota. Sa vision et sa santé étaient visiblement déclinantes. Sylmarinn fit un calcul rapide : le roi avait plus de cent cinquante ans. Elle resta sur ses gardes. Cela ne signifiait pas qu’il avait perdu le contrôle absolu qu’il aimait avoir sur le palais et elle n’avait pas envie de revoir le monde à travers les illusions qu’il maintenait devant les yeux de chacun. Aussi posa-t-elle ses conditions immédiatement.
« Je partirai souvent avec les ambassadeurs et vous ne déciderez jamais seul des tâches dont je me chargerai.
- Soit. »

***

Sylmarinn réendossa avec facilité son rôle d’héritière, comme on remet un vêtement oublié quelques temps au fond de la malle. Elle passait peu de temps à Arairin, préférant voyager et traiter directement avec les régions et pays concernés les problèmes dont lui faisaient part les lettres de Menrethil. Elle était plus âgée que lors de ses précédents voyages et les ambassadeurs qu’elle accompagnait avaient appris à la respecter, à défaut de lui faire confiance. Elle s’appliquait à conserver une certaine distance avec Menrethil, et ne voyait plus sa mère et sa sœur, ce qu’elle regrettait. Elle ignorait même si elles habitaient toujours au même endroit, mais se refusait à poser la question au roi. Elle se renseigna donc par ses propres moyens et retrouva sa sœur, enceinte. Ce n’était pas un problème. Mais enceinte d’un Selvaner, pour une princesse Elfe, c’était gênant. Did’leen fit clairement comprendre à Sylmarinn qu’elle n’avait pas de comptes à lui rendre et les deux sœurs renouèrent des liens fragiles.

***

« En parlant des problèmes avec les Nains, Sylmarinn, as-tu envoyé la lettre à la Guilde des Diplomates ? »
Elle réprima un soupir agacé. Menrethil tourna la tête vers elle et ses yeux presque blancs fixèrent un point à gauche de sa tête.
« Évidemment. »
Elle ne précisa pas que sa lettre sous-entendait que la santé de Menrethil devenait inquiétante et qu’il valait mieux commencer à traiter avec son héritière plutôt que lui-même.

***

Sylmarinn s’assit précautionneusement sur le bord et retira le diadème d’argent qui lui ceignait le front. L’objet était mince et gracieux, presque lumineux. Menrethil avait abdiqué, lui laissant les rênes du pays et se retirant en ermite, la Liëtar savait où dans la Forêt Ancestrale. Elle en ressentait un mélange de soulagement et de tristesse qu’elle n’arrivait pas à démêler.

***

Sylmarinn résista longtemps puis accepta de prendre Isil, sa nièce, comme héritière. Têtue, téméraire, arrogante, tolérante, généreuse, désinvolte, menteuse, l’hybride lui en fit voir de toutes les couleurs. Devant son incapacité à rester en place, la reine finit par s’avouer son échec et la destituer mais elle doit bien admettre qu’elle a constitué une bouffée d’air frais dans sa vie. L'exploration de l'est montagneux de Mailëandor dans laquelle Isil s'est lancée ressemble malheureusement trop à un voyage sans retour.


Autre

Objets :
- Un gland millénaire du Grand Chêne, transmis à chaque nouveau monarque, censé augmenter la communication avec les végétaux lorsqu'on l'active, chose qu'elle ne sait pas comment faire.

Liens :
- Menrethil DuNomenàr [prédéfini], son grand-père et ancien roi, s'est retiré en ermite dans un coin reculé de la Forêt Ancestrale et n'a plus donné de nouvelles après avoir abdiqué. Il pourrait tout aussi bien être mort.
- En tant que reine, Sylmarinn a déjà eu affaire à la plupart des dirigeants de Telhessia.
(- Isil Dil'Nomenàr, sa nièce et anciennement héritière, s'est lancée dans une expédition sans retour.)


Le forum et toi


Comment as-tu découvert Telhessia ?  ^^
Quelque chose à ajouter ?

(Facultatif : )
Ton p'tit nom : Mélanie
Ton pays : France
Ta devise : Banzaï ?
Ton plat préféré : Lasagnes  bave  Pas content !
Ta couleur favorite : Bleu !
Fille ou garçon ? Fille
Ton caractère en quelques mots :  :3



__________________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylmarinn DuNomenàr
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Telhessia :: Au cœur de l'action :: Présentations :: Présentations validées :: Elfes-